Plateformes des partis

En plus de faire une comparaison des plateformes électorales, nous avons invité chaque parti à répondre à nos questions. Les réponses complètes de chaque parti sont publiées ci-dessous, en ordre chronologique de date de réception des réponses. 

Réponse du NPD au questionnaire de l'ACPPU (la traduction sera disponible bientôt)

Réponse du Bloc québécois au questionnaire de l'ACPPU 

Réponse du Parti vert au questionnaire de l'ACPPU 

Réponse du Parti libéral au questionnaire de l'ACPPU (la traduction sera disponible bientôt)


Financement et leadership fédéral pour l'éducation postsecondaire

Notre demande :

L’ACPPU demande un leadership fédéral solide grâce auquel l’investissement dans l’enseignement et la recherche postsecondaires sera accru afin de stimuler la relance postpandémie du Canada. Plus particulièrement, l’ACPPU demande une augmentation de trois milliards de dollars des transferts aux provinces pour l'enseignement postsecondaire public. Parallèlement à ce financement, nous demandons au gouvernement fédéral de travailler avec les provinces à l’élaboration d’une stratégie nationale de l’éducation postsecondaire axée sur l’accès et l’abordabilité pour tous.   

Libéral

Aucun

Conservateur

Aucun 

  • Fera des transferts fédéraux annuels pour des programmes sociaux sans  conditions restrictives. 

NPD

Aucun

Bloc

  • L’éducation relève des provinces  

Vert

  • Améliorer le financement prévu dans les transferts fédéraux aux provinces pour les universités et les collèges, avec une priorité mesurable pour les contacts entre professeurs et étudiants, le mentorat, les politiques d’inclusion et l’embauchage de personnel enseignant permanent. 

  • Allouer 10 milliards de dollars aux soutiens à l’éducation postsecondaire et aux écoles professionnelles.

Financement de la recherche scientifique

Notre demande :

L’ACPPU demande une augmentation de 350 millions de dollars sur quatre ans de l’investissement dans la recherche scientifique fondamentale, et de 140 millions de dollars par année par la suite. 

Libéral

  • Créer 1 000 Chaires de recherche supplémentaires. 
  • Créer un fonds de 75 millions de dollars par année pour les collèges et les universités afin de favoriser la commercialisation de la recherche de pointe. 
  • Créer un nouveau fonds de 100 millions de dollars par année pour poursuivre les recherches novatrices concernant des maladies à fort impact, pour lesquelles un vaccin pourrait être possible. 
  • Investir dans l’Institut canadien de recherches avancées afin d’attirer et de retenir des talents académiques de pointe. 
  • Divers autres recherches privées/industrielles (pont public-privé pour la recherche de la CARPA, IA, photonique) et fonds pour la recherche quantique, lacs expérimentaux. 

Conservateur

  • Divers projets de recherche privés/industriels 

NPD

  • « Nous travaillerons avec les industries et les professionnels de la santé pour veiller à ce que la recherche publique sur les enjeux de santé critiques continue de progresser. » 
  • Créer un centre d’excellence pour la recherche et le développement de véhicules zéro émission. 
  • Divers projets de recherche privés/industriels (foresterie, recherche sur les technologies propres et fabrication). 

Bloc

  • Divers projets de recherche privés/industriels (pesticides, énergies vertes, aérospatial) 

Vert

  • Tripler le nombre de Bourses d’études supérieures du Canada pour les étudiants à la maîtrise et doubler le nombre de celles offertes aux étudiants au doctorat.
  • Investir dans la recherche scientifique et mettre en œuvre l’ensemble des recommandations de financement proposées dans l’Examen du soutien fédéral à la science du Canada.
  • Accroître les dépenses en recherche et développement à 2,5 % du PIB, ce qui amènerait le Canada au niveau de la moyenne de l’OCDE.
  • Faire passer le financement destiné aux conseils subventionnaires à 30 milliards de dollars.
  • Veiller à ce que toutes les subventions accordées par les conseils subventionnaires fédéraux tiennent compte des résultats environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) de la recherche qu’elles appuient.
  • Restaurer et augmenter le financement accordé à la Recherche sur les changements climatiques et l’atmosphère (RCCA) du CRSNG et assurer un financement constant au Laboratoire de recherche atmosphérique dans l'environnement polaire (Polar Environment Atmospheric Research Laboratory ou PEARL).
  • Créer une agence spécialisée dans l’innovation qui se penchera sur l’élaboration de projets conjoints entre les universités, les industries privées et les laboratoires nationaux.
  • Appuyer le cadre de diversité, d’équité et d’inclusion (DEI) du CRSNG en recherche scientifique pour tous les programmes fédéraux de subventions et s’engager à renforcer les communautés scientifiques et de génie canadiennes de manière à favoriser la pleine participation des groupes en quête d’équité.
  • Utiliser les meilleures connaissances scientifiques qui existent pour promouvoir la recherche et le développement et évaluer les risques des impacts des changements climatiques, en particulier les orages, les sécheresses, les inondations et les feux de forêt, incluant les impacts sur la santé de la qualité de l’air.
  • Développer des partenariats transdisciplinaires en innovation climatique entre des institutions gouvernementales, sans but lucratif et universitaires et l’industrie, en plus d’investir dans la recherche et le matériel nécessaire.
  • Augmenter le financement fédéral direct à la recherche et au développement d’entreprises privées et dirigées par des étudiants.
  • Investir dans la recherche et la production de vaccins et de traitements.

Abordabilité pour les étudiants

Notre demande :

L’ACPPU demande le doublement du montant des bourses d'études afin d’atteindre un équilibre à parts égales entre les bourses et les prêts, ainsi que l’annulation des intérêts fédéraux sur les prêts d’études. 

Libéral

  • Éliminer définitivement les intérêts fédéraux sur les prêts d’études. 
  • Élever à 50 000 $ le seuil d’aide au remboursement pour les emprunteurs célibataires. 
  • Permettre aux nouveaux parents de suspendre le remboursement des prêts jusqu’à ce que leur plus jeune enfant ait cinq ans. 
  • Augmenter de 50 % l’allègement maximal de la dette à laquelle les médecins de famille, les résidents en médecine familiale, les infirmières praticiennes et les infirmières ont droit dans le cadre du programme d’exonération du remboursement des prêts d’études du Canada. 

Conservateur

Aucun 

NPD

  • Éliminer progressivement les prêts et doubler définitivement les subventions non remboursables.  
  • Plafonner les frais de scolarité, intégrer l’ÉPS au système d’éducation public « de sorte que les enfants puissent passer de la maternelle au marché du travail sans obstacle financier ». 
  • Annuler les intérêts fédéraux sur les prêts d’études. 
  • Remettre jusqu’à 20 000 $ de dettes d’études. 

Bloc

Aucun  

Vert

  • Abolir les droits de scolarité en éducation postsecondaire.
  • Annuler toutes les dettes étudiantes détenues par le fédéral.
  • Réinstaurer une Prestation canadienne d’urgence pour les étudiants (PCUE) jusqu’à la fin de pandémie.
  • Veiller à ce que les étudiants internationaux et récemment diplômés soient admissibles à la PCUE.

Travail, emploi et compétences au sein de la main d'oeuvre du milieu de l'éducation postsecondaire

Libéral

  • Protéger les établissements d’enseignement postsecondaire de la restructuration.
  • Étendre l'allocation canadienne pour les travailleurs afin d’aider environ un million de Canadiens à faible revenu supplémentaires.
  • Travailleurs à la pige : renforcer les droits des travailleurs employés par des plateformes numériques pour qu’ils puissent bénéficier de mesures de protection de l'emploi en vertu du Code canadien du travail, et intégrer de nouvelles dispositions dans la Loi de l’impôt sur le revenu pour que ce travail compte pour l’AE et le RPC.
  • Doubler les fonds alloués au Programme pour la formation et l’innovation en milieu syndical à 50 millions de dollars par année.
  • Créer des possibilités de formation et d’emploi pour les jeunes afin d’aider les PME à adopter de nouvelles technologies.
  • Exiger des entreprises qui bénéficient du programme de solutions pour la main-d'œuvre sectorielle qu’elles prévoient des mesures de soutien globales (par ex., transport, ordinateurs, repas, aiguillage vers des services de counseling, hébergement et soutien juridique, aide pour trouver des services de garderie et mentorat ou encadrement).
  • Lancer un centre de formation pour les emplois propres.
  • Former jusqu’à 50 000 nouveaux travailleurs de soutien.
  • Continuer à donner suite à l’investissement de 80 millions de dollars afin de former des travailleurs pour des emplois verts.
  • Favoriser la progression professionnelle, la formation, le parrainage et les possibilités d’études des travailleurs noirs.
  • Réforme de l’AE : prévoir, dans le cadre du système fiscal, une nouvelle prestation d’AE pour les travailleurs autonomes canadiens qui garantisse une assurance-chômage similaire à celle de l’AE pendant 26 semaines; établir, dans le cadre de l’AE, une prestation d’assurance professionnelle pour les personnes qui ont travaillé continuellement pour le même employeur pendant cinq années ou plus et ont été mises à pied lors de la fermeture de l’entreprise (débute lorsque l’AE régulière prend fin).

Conservateur

  • Créer le prêt de formation pour les travailleurs canadiens afin d’offrir des prêts à faible taux d’intérêt d’un maximum de 10 000 $ aux personnes qui souhaitent mettre à niveau leurs compétences.
  • Doubler le Crédit d'impôt pour la création d'emplois d'apprentis pour les trois prochaines années.
  • Créer le fonds de formation au travail pour offrir des bourses (notamment aux syndicats avec programme d’apprentissage, aux établissements postsecondaires).
  • Créer un fonds pour inciter les établissements postsecondaires à conclure des partenariats avec des refuges pour femmes pour leur offrir une formation professionnelle.
  • Relancer le Programme de formation des officiers de la Force régulière (PFOR) dans les universités civiles afin d’offrir la possibilité d’étudier aux jeunes qui servent leur pays.
  • « Il faudra que les entreprises de l'économie à la demande versent des contributions équivalentes aux primes de l’AE et du RPC dans un nouveau compte d’épargne transférable pour les employés chaque fois qu’elles paient leurs travailleurs. Les intérêts ne seront pas imposables et l’argent pourra être retiré par le travailleur au besoin. »

NPD

  • Défendre la formule Rand qui protège les cotisations syndicales.
  • Travailler avec les provinces et les territoires pour assurer des congés de maladie payés.
  • Élever le salaire minimum des travailleurs fédéraux à 20 $/heure.
  • Loi antibriseurs (i.e., briseurs de grèves)
  • Interdire les stages non payés hors des programmes d’études.
  • Étendre les options de formation au-delà des personnes admissibles à l’AE.
  • Étendre les options des travailleurs des régions et des secteurs désignés pour que ces derniers puissent bénéficier d’une formation financée par l’AE avant de perdre leur emploi.
  • Les prestations d'assurance-emploi s’élèveront à un minimum de 2 000 $/mois.
  • Prolonger les prestations de maladie pour les faire passer de 15 à 50 semaines.
  • Créer un projet pilote pour permettre aux travailleurs atteints d’un handicap ou d’une maladie épisodique d’avoir droit aux prestations de maladie un jour à la fois, en fonction de leurs besoins.
  • Exiger des grands employeurs qu’ils consacrent chaque année au moins 1 % des charges sociales à la formation de leurs employés.

Bloc

  • Interdire le recours aux briseurs de grèves.
  • Congé préventif payé pour les femmes enceintes
  • Faire des fonds de pension le créancier prioritaire en cas de faillite.
  • Réforme générale de l’AE, qui tiendra compte des réalités des travailleurs autonomes, des travailleurs au statut spécial et des travailleurs saisonniers, pour protéger l’ensemble des travailleurs.

Vert

  • Augmenter l’Allocation canadienne pour la formation.
  • Mettre en place un revenu de subsistance garanti.
  • Accroître les possibilités offertes par les programmes d’apprentissage, en particulier dans les domaines liés à la durabilité.
  • Mettre en place un salaire minimum fédéral de 15 $ pour les étudiants.
  • Créer des programmes fédéraux d’emplois pour les jeunes qui dureraient toute l’année.
  • Présenter une loi sur une transition équitable avant la fin de 2021 pour soutenir les travailleurs et les collectivités pendant la transition vers une économie sans carbone.
  • Remplacer chaque emploi bien payé dans le secteur de l’énergie fossile par un emploi bien payé dans le secteur vert, avec mise en place d’une assurance-salaire, de programmes de formation et de régimes de retraite anticipée.
  • Adopter des lois sur des programmes de formation en emplois verts, comme la création d’un corps jeunesse sur le climat.
  • Promouvoir le soutien à la formation en entreprenariat et en affaires, en particulier pour les femmes, les jeunes, les personnes racisées et les Autochtones.

 

Soutien à l'éducation postsecondaire des Autochtones

Notre demande :

L’ACPPU demande 650 millions de dollars par année pour aider à combler l’écart au niveau de l’éducation des Autochtones.

Libéral

  • Les communautés autochtones réclament la pleine compétence en matière d’éducation (rien de particulier concernant l’ÉPS).
  • Mettre en œuvre la Loi sur les langues autochtones.

Conservateur

  • Soutenir la prestation autonome de divers programmes, dont l’éducation (rien de particulier concernant l’ÉPS).
  • Favoriser la formation aux métiers des jeunes autochtones.

NPD

  • « Soutenir les jeunes autochtones et les aider à combler l’écart lié à l’éducation postsecondaire en augmentant l’aide financière et les possibilités d’études pour les enfants qui ont grandi dans des structures d'accueil, et favoriser l’enseignement à distance pour les élèves des régions rurales et éloignées. »
  • S’engager envers la promotion et la revitalisation des langues autochtones.

Bloc

  • Mettre en œuvre la DNUDPA!
  • Prendre des mesures pour combattre la pénurie de main d'œuvre en travaillant avec les nations autochtones.

Vert

  • Accroître l’accès à l’EPS en éliminant la limite de 2 % sur le financement de l’éducation pour les étudiants autochtones, ainsi qu’en finançant entièrement les retards accumulés dans le programme.
  • Appuyer et soutenir la transmission, la diffusion et la renaissance des œuvres et des langues culturelles autochtones.

Prévoir du financement pour l'enseignement postsecondaire en français et dans les langues en situation minoritaire

Libéral

  • Élever de façon permanente à 80 millions de dollars le financement accordé aux établissements d’enseignement postsecondaire des communautés dont la langue officielle est en situation minoritaire.
  • Mettre en œuvre un plan d’action sur les langues officielles.

Conservateur

  • Créer une nouvelle enveloppe budgétaire de 30 millions de dollars pour offrir un financement fédéral aux établissements postsecondaires francophones et, en collaboration avec les provinces, subvenir de façon substantielle à leurs futurs besoins financiers.

NPD

  • Travailler avec les provinces et les territoires pour améliorer l’éducation dans les langues en situation minoritaire.
  • Moderniser la Loi sur les langues officielles pour renforcer la supervision et la reddition de comptes, adopter le principe de l’asymétrie.

Bloc

Aucun investissement

  • Permettrait l’application de la Charte de la langue française québécoise dans l’ensemble du Québec (au lieu de la Loi sur les langues officielles)
  • Travaillerait avec les Acadiens et les Canadiens français pour veiller à ce que l’examen de la Loi sur les langues officielles serve en priorité à améliorer la capacité de ces communautés de vivre et de travailler en français.

Vert

  • Assurer un financement permanent et stable aux établissements d’enseignement postsecondaire pour les communautés de minorités linguistiques de tout le Canada

Autres engagements dignes de mention pour l'ÉPS et les membres de l'ACPPU

Libéral

  • Créer un nouveau fonds pour le bien-être des étudiants afin de raccourcir le temps d’attente et d’accroître l’accès aux services de soins en santé mentale dans les collèges et les universités (avec un soutien particulier aux établissements d’enseignement postsecondaire autochtones).
  • Faciliter l’obtention de la résidence permanente pour les anciens étudiants étrangers.
  • Travailler en partenariat avec les établissements postsecondaires et les organisations autochtones pour accélérer la création et la croissance des entreprises autochtones de technologies propres.
  • Dans le cadre des objectifs en matière d'équité, fixer une cible précise pour la représentation des Canadiens noirs concernant la recherche scientifique financée par le gouvernement fédéral par l’intermédiaire des conseils subventionnaires.
  • Fournir un financement de 30 millions de dollars aux Canadiens noirs étudiant dans un établissement postsecondaire canadien

Conservateur

  • Mettre en œuvre les recommandations sur les droits d’auteur du Comité du patrimoine, i.e., annuler l'utilisation équitable à des fins d'éducation.
  • « Pendant des années, les provinces de l’Ouest n’ont pas reçu une part proportionnelle des fonds fédéraux prévus pour la recherche universitaire et les programmes culturels. Les conservateurs du Canada mettront fin à ce désavantage envers les provinces de l’Ouest pour veiller à ce que toutes les régions de notre pays soient traitées équitablement. »

NPD

  • Exiger des universités qu’elles élaborent des plans afin de mettre fin à la violence sexuelle sur les campus.

Vert

  • Mettre en œuvre les recommandations du Comité du patrimoine canadien sur la Loi sur les droits d’auteur, notamment le retrait des dispositions relatives à l’utilisation équitable en éducation.
  • Appuyer les entreprises canadiennes qui s’engagent dans des transferts de technologie avec les établissements d’enseignement postsecondaire.
  • Aider les établissements d’enseignement postsecondaire à accueillir des étudiants internationaux en toute sécurité.
  • Collaborer avec des institutions d’accréditation pour reconnaître la formation et les études étrangères.
  • Offrir un accès à un IP financé par le fédéral à rabais aux entreprises canadiennes qui mènent des activités canadiennes.
  • Offrir un financement pour la prévention, le traitement et la recherche en santé mentale chez les jeunes.
  • Créer un conseil indépendant et non partisan pour conseiller le gouvernement sur l’élaboration et la mise en œuvre de ses politiques sur les changements climatiques, avec grille de justice environnementale et d’éradication du racisme environnemental.
  • Assurer la protection des droits de propriété intellectuelle et artistique.